Partager Tweet Partager Epingler

Arashiyama est un quartier de Kyoto particulièrement réputé car il possède de nombreux coins qu’il faut absolument visiter au moins une fois dans sa vie comme la bambouseraie. Mais ce n’est pas le seul lieu à venir visiter lorsque l’on fait une halte à Arashiyama, bien au contraire puisqu’il y a aussi le temple Gio-ji, également surnommé le temple de mousse par de nombreuses personnes.

Ce temple est un lieu à visiter absolument mais surtout en automne qui est la saison offrant des couleurs magnifiques à tout Kyoto. Gio-ji est un lieu incontournable qui vous permettra de faire de fabuleuses photos et vous créer des souvenirs inoubliables.

Chemin de pierres longé de clôtures en bambou
Chemin de pierres longé de clôtures en bambou

Gio-ji en automne, un véritable tableau de peintre

Situé à 20 minutes du pont Togetsukyo, le temple de Gio-ji n’est pas très grand mais offre un cadre idyllique pour une petite balade en pleine nature. Que ce soit à l’intérieur de ce petit temple ou à l’extérieur, le décor vous émerveillera.

L’idéal étant de venir en automne et notamment au mois de novembre car les arbres revêtent une très jolie couleur rougeâtre ce qui permet de contraster avec le jardin de mousse qui lui, reste complètement vert. En automne, le temple de Gio-ji ressemble vraiment à un tableau de peinture, le temps semble figé. En pénétrant dans l’enceinte du temple, on se sent transporté dans une autre époque, dans un autre monde, ce qui procure une étrange sensation de solitude et de bien-être.

Au sol, de véritables tapis de mousse
Au sol, de véritables tapis de mousse
Clôture de bambou dans laquelle se mêlent mousse et fougères
Clôture de bambou dans laquelle se mêlent mousse et fougères

Gio-ji, un temple empreint de légendes et de mélancolie

Vous ne le savez peut-être pas mais le temple de Gio-ji possède en son sein une histoire d’amour assez triste. En effet, vers la fin de l’époque d’Heian, Taira no Kiyomori, un célèbre commandant militaire est tombé amoureux d’une danseuse nommée Giô. Seulement, quelques temps après, ce jeune commandant fit la rencontre d’une autre danseuse : Hotokegozen, ce qui rendit forcément Giô très triste. N’arrivant pas à surmonter sa peine, elle décida de se consacrer à la religion en s’installant dans le temple de Gio-ji. Mais voilà, Hotokegozen, l’autre danseuse, eut une prise de conscience et fut prise de panique en pensant qu’elle connaitrait certainement le même destin que Giô et finirait seule et triste. Alors, elle décida de rejoindre Giô au temple de Gio-ji.

Plusieurs variétés de mousse forment un véritable patchwork
Plusieurs variétés de mousse forment un véritable patchwork
Lanterne de granit avec une jolie patine
Lanterne de granit avec une jolie patine
Petite lanterne au milieu de la mousse
Petite lanterne au milieu de la mousse

C’est pour cela, qu’aujourd’hui, dans le temple, se trouve deux statues tombales représentant les deux danseuses. Cette histoire est très connue des japonais qui n’hésiteront pas à vous dire à quel point ce lieu est très mélancolique. La tristesse des deux danseuses serait encore très présente à l’intérieur du temple. Maintenant que vous connaissez la légende, vous ne serez pas surpris en pénétrant dans ce temple quand vous ressentirez une profonde solitude comme si vous étiez totalement coupé du monde.

Shishi Odoshi, lanterne, tsukabai et petite clôture en bambou
Shishi Odoshi, lanterne, tsukabai et petite clôture en bambou
Délicate feuille d'érable sur le bord du tsukabai
Délicate feuille d'érable sur le bord du tsukabai
Des clôtures en bambou délimitent le jardin
Des clôtures en bambou délimitent le jardin
Un portail en bambou protège l'accès à une partie sacrée du jardin
Un portail en bambou protège l'accès à une partie sacrée du jardin
Un gros tsukabai taillé dans une roche
Un gros tsukabai taillé dans une roche
Un escalier de pierre permet d'acéder à la partie supérieure du jardin
Un escalier de pierre permet d'acéder à la partie supérieure du jardin

Alors si les légendes japonaises vous intéressent et que vous passez par le quartier d’Arashiyama, vous ne pourrez pas ne pas vous y arrêter, ne serait-ce que pour y découvrir le fabuleux jardin de mousse ou encore les couleurs des arbres.

Informations pratiques

  • Comment s'y rendre
    A pied : 20mn à pied de la station JR Arashiyama
  • Adresse
    32 Sagatoriimoto Kozakacho, Kyoto
  • Horaires
    Ouvert tous les jours de 9h à 17h
  • Prix
    Entrée 300¥
    Billet cumulé avec Daikaku-ji 600¥
  • Site officiel
    http://www.giouji.or.jp (en anglais)

Réservez votre voyage au Japon

Vérifiez la disponibilité d'un hébergement sur Booking.com ! Vous pouvez réserver une chambre sans paiement à l'avance, vous ne payez qu'au moment du départ. Les annulations sont également gratuites jusqu'à votre arrivée.

A voir depuis Gio-ji

Daikaku-ji, le temple bouddhiste à l'athmosphère si particulière

~ 1.1 km

Ce temple est très réputé lors de la période des cerisiers en fleurs et à celle des feuilles rouges automnales. La visite des différents pavillons et jardin japonais est un parcourt initiatique dans dans l’histoire bouddhisme et l'ikebana.

La villa Okochi Sanso et ses jardins

~ 800 m

La villa et ses jardins sont véritablement l'un des plus beaux endroits de Kyoto, avec une très belle vue sur la ville et les monts alentours.

Jojakko-ji, un temple d'une grande sérénité

~ 500 m

Un écrin de verdure et de mousse. Avec ses petits bâtiments et ses portes, c'est une atmosphère de calme et de tranquillité qui se dégage de ce temple.

La forêt de bambous géants de Sagano

~ 1.1 km

Une balade à la fois relaxante et envoûtante au coeur d'une véritable forêt de bambous d’une taille gigantesque. Lorsque le vent souffle les tiges se plient et grincent.

Tenryu-ji, le célèbre temple zen

~ 1000 m

Dédié au repos de l’âme de l’empereur Godaigo, c'est l'un des principaux temples zen de Kyoto et abrite un jardin merveilleux.

Iwatayama, le parc aux singes

~ 1.8 km

Une très jolie colline qui, après quelques minutes de randonnée, vous permettra d’accéder à un parc naturel nommé Iwatayama, le parc aux singes.

Gardons le contact