La pause et les allongements en hiragana et katakana

La pause et les allongements

Partager Tweet

La lange japonaise a un rythme très régulier, chaque syllabe est clairement marquée par un temps. Cependant en écoutant parler des japonais, vous pourrez remarquer que certaines syllabes semblent plus longues que d’autres. Dans l'écriture de la langue japonaise, il est possible de doubler les syllables, ce qui modifie sensiblement la lecture et donc la signification d’un mot.

La pause

Parfois au milieu d'un mot japonais on va marquer une pause. Il s'agit d'un temps d'arret que l'on va marquer juste avant une consonne. Cette pause va valloir un temps entier, la pause va durer le même temps que la lecture d'une syllabe normale. Cette règle s'applique aussi bien aux hiragana qu'aux katakana.

En romaji, on note cette pause en doublant la consonne qui précède le son. Par exemple aptrès demain s'écrira ASATTE, on va donc marquer une petite pause entre le son "SA" et le son "TE".

En kana, on va utiliser un petit "tsu", soit en hiragana et . C'est la même écriture que le ou le mais en plus petit (environ la moitié de la hauteur). On va placer ce petit "tsu" à l'endroit de la pause. Ainsi on va écrire あさった (après-demin) et ホッチキス (agraffeuse).

Les règles de prononciation sont les suivantes :

  • sur les sons T, K et P, la pause est lue en marquant un temps d'arrêt, comme si vous laissiez un petit blanc juste avant.
  • sur les sons S, Z, on va prolonger le son. Par exemple un magazine se dit ざっし, en exagérant colontairement on va le prononcer ZASSSSHI.

Notez bien que la pause change le mot, et la prononciation est très importante et peut être source de confusion. C'est particulièrement le cas dans les conjugaisons de verbe où la pause est très souvent utilisée. Par exemple した je faisais, et しった signifie je savais

Les allongements

De temps en temps en japonais on va avoir une syllabe qui va être allongée, plus précisément on va allonger la voyelle. Un allongement va donc durer un temps supplémentaire, en doublant phonétiquement la voyelle d'un kana donné. Ainsi, pour allonger un , il suffira de prolonger légèrement la voix sur le "A", un peu comme si on le prononçait deux fois.

En romaji, l'allongement s'écrit en mettant un trait au dessus de la syllabe qui va être allongée. Parfois on trouve aussi une codification avec un accent circonflexe au dessus de la voyelle. Exemple : OBĀSAN ou ABÂSAN qui veut dire grand-mère.

Chaque voyelle des syllables va s'allonger de façon différente. Mais attention, la règle d'écriture n'est pas la même pour les hiragana que pour les katakana. Prenons l'exemple des hiragana :

  • Pour allonger une syllabe en "A", on va ajouter un autre . Par exemple おばあさん (la grand-mère) ;
  • Pour allonger une syllabe en "I", on va ajouter un autre . Par exemple おにいさん (le frère) ;
  • Pour allonger une syllabe en "U", on va ajouter un autre . Par exemple どようび (le week-end) ;
  • Pour allonger une syllabe en "E", on va ajouter le hiragana . Attention, de l'allongement se prononce bien "E" et non "I". Par exemple せんせい (le professeur) se prononce SENSÉÉ et non SENSÉI comme on peut l'entendre souvent ;
  • Pour allonger une syllabe en "O", on va ajouter le hiragana . La aussi, le de l'allongement se prononce bien "O" et non "U". Par exemple きのう (hier).

Parfois certains mots s'allongent de façon différente, comme par exemple dans le mot おおき qui veut dire gros. Le son "O" n'est pas allongé avec un mais avec un autre . Cela reste cependant des exceptions.

Pour les katakana, c'est beaucoup plus simple. On utilise simplement un trait d'allongement que l'on va mettre après la syllabe que l'on veut allonger. Par exemple ブールペン (crayon à papier), ノート (cahier), カレンダー (calendrier). Cela va être la même chose pour toutes les voyelles katakana.