Partager Tweet Partager Epingler

Faisant partie des différentes disciplines des plus ancestrales du Japon, le Kendo est un art martial très apprécié et très pratiqué dans le pays. Non seulement il se diffère de par son ancienneté mais aussi de par les outils utilisés lors de sa pratique. Si lors d'un voyage au Japon vous souhaitez vous plonger en plein cœur d’un budo qui enseigne le Kendo, ces quelques précisions vous seront d’une grande utilité.

Les origines du Kendo

Se pratiquant avec un long sabre en bois ou en bambou, le Kendo est un art martial inspiré de la culture des Samouraïs, d’où son appellation la Voie du Sabre. Il a été élaboré durant la période Muromachi, mais ce n’est que vers l’époque Edo que l’armure ainsi que le sabre en bambou ont été adopté, remplaçant les anciennes sabres à lames tranchantes interdites dans tout le pays. Cela était adopté pour pouvoir pratiquer cet art sans causer des dommages corporels importants lors des compétitions et des démonstrations organisées par les différentes écoles de Kendo.

Le matériel utilisé

Aujourd’hui, les deux combattants qui s’affrontent au Kendo portent un masque de protection, un plastron, des gants et ils se munissent d’un sabre en bambou. Ce sport a pour objectif de frapper l’adversaire sur certaines parties du corps, à savoir la tête, la gorge, les poignets et le flanc. La défaite du Japon durant la seconde guerre mondiale a donné un coup sévère aux arts martiaux, mais c'est aussi la période à laquelle le Kendo est devenu un sport local.

Même si cet art avait été interdit, il faut noter qu’il s’est vite popularisé sous sa forme sportive. A cette époque, il portait le nom de Compétition au shinai. Mais en 1952, sous l’égide de la Fédération japonaise de Kendo, cet art a peu à peu retrouvé son essence originelle.

Les fondements du Kendo

Se rapprochant de l’escrime, le Kendo est un art martial japonais qui se base sur différents principes. Cette discipline tire son fondement de l’unité entre le sabre, le corps et l’esprit : « ki ken tai no itchi ». Si le KI désigne l’énergie et la détermination du combattant lors des compétitions, le KEN présente le coup porté par le sabre sur les différentes parties du corps de l’adversaire et protégées par l’armure.

Cette énergie se manifeste par un cri poussé par le combattant à chaque fois qu’il porte des coups. Le TAI, représentat l’engagement que le corps prend au moment de l’attaque. Cela se manifeste par les frappes du pied au sol exécutées en même temps que la frappe.

En Kendo, le combattant doit garder la bonne posture, doit porter ses coups avec détermination sur les parties valables tout en restant vigilant après avoir frappé son adversaire. Ces points doivent être réunis pour que le coup soit valable, et les jurys veillent à leur respect au moment des compétitions.

Sur le même thème

Partir au Japon pour découvrir l'Aikido

L'Aikido au Japon

Ayant marquée la culture japonais d’après guerre et la disparition des Samouraïs, cette discipline continue de faire perdurer l’essence des anciennes écoles d’arts martiaux.

L'origine du Judo et pratique au Japon

Le Judo au Japon

Respect d’autrui, sincérité, courage, fidélité sur les paroles données, modestie, amitié et contrôle de soi sont les bases du Judo.

Kyûdo, la voie du tir à l'arc japonais

Kyûdo, le tir à l'arc japonais

Cet art permet de développer des qualités souvent reconnues au Japon telles que la modestie, le respect et l’amabilité.

Karate au Japon : aller dans un Dojo lors d'un voyage

Le Karaté, ses origines et son apprentissage au Japon

C’est vers les années 400 ou 500 que le karaté est apparu sur l'Archipel de Okinawa. Il fait ainsi partie des arts martiaux les plus anciens pratiqués dans le pays.

Sumo au Japon : origines et rituel de cet art martial

Combats de Sumo au Japon

Ce sport national puise son essence à une époque où les Japonais adoraient les dieux shintos, il le pratiquaient pour obtenir la faveur des dieux.

Gardons de contact

Laissez un commentaire !