Partager Tweet Partager Epingler

Le shinto ou shintoïsme est la forme la plus ancienne de la religion dans le pays du soleil levant. On ne connaît pas de date exacte permettant de déterminer l’apparition de cette forme de croyance au Japon. Elle s’apparente souvent à une croyance animiste plutôt qu’à une religion ayant des dogmes et des principes bien définis.

Le shinto : une croyance à la japonaise

Le shintoïsme correspond à une forme de croyance animiste, qui croit en une puissance surnaturelle. Il soutient l’idée d’une réalité abstraite ou divine qui est selon le cas, peut être mauvaise ou bienfaisante.

Le shinto se traduit en japonais comme étant la voie des dieux. De par cette définition littérale, nous pouvons constater que selon cette forme de croyance il n’existe pas qu’un seul esprit ou dieu protecteur.

Ces esprits ou kami peuvent se manifester et se retrouver dans toutes les expressions divines de la nature. Tout être animé ou inanimé qui dégage et reflète l’énergie et la force de la nature peut être ainsi considéré comme un kami, un esprit, un dieu à vénérer.

Il peut s’agir d’une montagne, d’un arbre, d’une chute d’eau, d’un animal, de l’empereur lui-même ou bien des ancêtres.

Le culte shinto

Le shinto prône le respect et la communion avec la nature dans la mesure où on retrouve les esprits supérieurs dans la plupart des éléments constituant la nature.

La vénération des esprits ou kami se déroule dans des sanctuaires. On reconnaît un sanctuaire shinto par la couleur rouge qui y domine. On retrouve aussi le Torii qui surplombe l’entrée principale. Il s'agit d'un portique comprenant deux poutres horizontales et verticales. Sur la partie haute du torii, on retrouve, la plupart du temps, une corde sacrée avec un papier plié. Cet ornement a pour but d’éloigner les mauvais esprits, porteur de malheur.

Pour honorer et prier un kami, un autel est édifié au cœur même du sanctuaire. Il comporte l’objet ou relique qui symbolise le kami. C’est sur cet autel que l’on place également les offrandes dédiées au kami. Il faut savoir qu’on peut facilement retrouver un autel shinto dans les foyers japonais ou même dans un coin d’une entreprise japonaise.

Par ailleurs, un sanctuaire est gardé par des prêtres shinto. Ils sont facilement reconnaissables à leur longue robe blanche et leur couvre-chef noir. Ils ont pour mission d’agencer la pratique des rites coutumiers dans les sanctuaires. Cependant, on peut faire appel à un prêtre lorsqu’on veut purifier un lieu par exemple.

Il faut savoir que la religion shinto s’exprime dans presque tout le quotidien d’un Japonais. Etant donné que le but est de communier avec la nature afin de retrouver paix, sérénité, harmonie et vie paisible. Bon nombre de japonais fait ainsi appel aux rites shinto pour bénéficier des faveurs des kami. On peut citer par exemple, le rituel qui est effectué lors d’un mariage japonais. Le couple boit trois fois dans une coupe de saké pour symboliser leur union.

Sur le même thème

Bouddhisme au Japon et la recherche de la sérénité

Le Bouddhisme au Japon

Son implantation sur l'archipel fût largement influencée par la pratique bouddhisme en Chine et en Corée pour devenir l’une des plus grandes formes de religion au Japon,

Le mariage au Japon suivant le culte shinto

La cérémonie du mariage

Le Japon est connu comme étant un pays mettant en valeur le respect de la tradition. Bien que les japonais tendent de plus en plus à opter pour le style de mariage à l’occidental, la cérémonie shinto reste très populaire.

La mort au Japon, comment est-elle célébrée

La mort au Japon

Au Japon, les rites funéraires traditionnels sont encore très respectés dans la mesure où la mort est vue comme étant le commencement d’une nouvelle vie dans l’au-delà.

Gardons de contact

Ne manquez aucune de mes aventures au Japon

Abonnez-vous à ma lettre d'information :

Rassurez-vous, je déteste les spams autant que vous

Laissez un commentaire !