Partager Tweet Partager Epingler

Un voyage au Japon peut rapidement se transformer en escapade culturelle tant la richesse de son patrimoine historique est importante. De Tokyo à Kyoto, le pays à conservé un lien très fort avec ses traditions et la religion. Mais en fait, pourquoi « temple » et « sanctuaire » et quelle différence les japonais font-ils ?

A la base, deux religions pour le meilleur

Au Japon cohabitent deux religions principales, le shintoïsme et le bouddhisme. Elles partagent certaines valeurs communes mais il est bon de savoir comment faire la différence entre les deux.

  • Le shintoïsme est la religion ancestrale du Japon, Shinto (神道) signifie littéralement « La voie des dieux ». Elle considère que lla nature, les animaux, les éléments naturels et certains hommes célèbres sont divins. On les nomme « Kami » (神) ou « divinité » en japonais. C’est donc une religion polythéiste car il existe des milliers de kami.
  • Le bouddhisme est originaire d’Inde et arrivée au Japon entre les VIe et VIIe siècle après être passée par la Chine et la Corée. Plus qu’une religion, c’est aussi une philosophie de vie et un courant de pensée dans lequel on vénère Bouddha Amida. Le zen tient aussi une place très importante.

Une fois cela compris, il est plus facile de comprendre que chaque religion au Japon a son propre lieu de culte. Ainsi un sanctuaire est forcément shintoïste et un temple est forcément bouddhiste.

Bien que ces religions aient quelques points en commun, elles se démarquent également l’une de l’autre par un certain nombre de points essentiels, tels que la terminologie ou bien l’architecture.

Une histoire de mots

Pour les différencier temple et sanctuaire, voici déjà une première façon, à partir du nom du lieu.

Des architectures différentes

Dès l’entrée, le contraste entre temple bouddhiste et sanctuaire shinto saute aux yeux. L'entrée d’un sanctuaire est toujours marquée par un torii (鳥居) ou portique sacré souvent peint d'une couleur rouge vermillon, qui délimite l’espace sacré. Une corde en paille de riz torsadée indique aussi que l’on se trouve dans un sanctuaire. Pour les temples l’entrée se fera par un mon 門 ou porte qui peut parfois avoir des dimensions très imposantes. Le signe le plus distinctif est la présence d’une statue de Bouddha.

Il est assez courant de voir le même espace partagé par un temple et un sanctuaire, mais il s’agit le plus souvent d’un endroit de vénération shinto à l’intérieur de l’enceinte d’un temple. L’entrée du sanctuaire sera alors marquée par un torii, qui se trouve ainsi à l’intérieur du temple.

S’il existe certains sanctuaires sont de grande taille, la majorité sont de taille réduite et ne comportent que deux bâtiment. Les objets sacrés sont entreposés dans Honden, c'est là que l'esprit du Kami réside. Les fidèles se placent devant le perron et viennent le prier. Le Handen quant à lui est le lieu où se déroulent les cérémonies.

Le temple bouddhiste est composé de plusieurs bâtiments, formant parfois de véritables complexes (tels que le Daikaku-ji à Kyoto). Le Kondo 金堂, littéralement « la salle d'or » contient la statue vénérée. Il y a aussi des bâtiments pour l'enseignement et la méditation, pour la conservation des sutras, un dortoir... Dans les temples les plus grands, on trouvera également le to 塔, une pagode à 3 ou 5 étages, ou bien le shoro 鐘楼 ou « tour de la cloche ». Les jardins comportent aussi de nombreuses statues et lanternes.

A lire également
Les lanternes dans les jardins japonais

Elles constituent un élément caractéristique des jardins japonais, utilisées pour éclairer les allées ou placées près d’un bassin d’eau.

Enfin, ces deux espaces religieux sont le lieu de cérémonies différentes. Les japonais préfèrent les sanctuaires shinto pour les étapes de la vie (naissance ou mariage) et se tournent vers les temples bouddhistes pour les enterrements. Ainsi, la plupart des cimetières japonais se trouvent dans l'enceinte des temples bouddhistes. Les familles y viennent régulièrement visiter leurs défunts et tout particulièrement pendant O-bon « la fête des morts » en juillet.

Vous avez maintenant compris les différences essentielles entre temples et sanctuaires et je vous encourage à les visiter lors de votre voyage au Japon. Lors de mon premier voyage, cela a d'ailleurs été le fil rouge de mon itinéraire. Certains diront qu'ils se ressemblent tous ; prenez le temps de vous imprégner de leur atmosphère si particulière et vous verrez que chacun a ses particularités propres.

Sur le même thème

Le shinto au Japon, vénération des divinités Kami

La religion shinto au Japon

Le shinto prône le respect et la communion avec la nature dans la mesure où on retrouve les esprits supérieurs, où kami, dans la plupart des éléments naturels.

Bouddhisme au Japon et la recherche de la sérénité

Le Bouddhisme au Japon

Son implantation sur l'archipel fût largement influencée par la pratique bouddhisme en Chine et en Corée pour devenir l’une des plus grandes formes de religion au Japon

Comment prier dans un temple ou un sanctuaire ?

Comment prier dans un temple ou un sanctuaire ?

De plus en plus de touristes en voyage au Japon visitent temples et sanctuaires. Au delà de leur intérêt architectural et historique, ce sont surtout des lieux de pratique des religions. Mais, connaissez-vous la manière de prier dans un temple ou un sanctuaire ?

Le mariage au Japon suivant le culte shinto

La cérémonie du mariage

Le Japon est connu comme étant un pays mettant en valeur le respect de la tradition. Bien que les japonais tendent de plus en plus à opter pour le style de mariage à l’occidental, la cérémonie shinto reste très populaire.

La mort au Japon, comment est-elle célébrée

La mort au Japon

Au Japon, les rites funéraires traditionnels sont encore très respectés dans la mesure où la mort est vue comme étant le commencement d’une nouvelle vie dans l’au-delà.

Gardons de contact

Ne manquez aucune de mes aventures au Japon

Abonnez-vous à ma lettre d'information :

Rassurez-vous, je déteste les spams autant que vous