Découvrir les nombreux jardins, sanctuaires et temples du Japon

Sanctuaires, temples et jardins du Japon

Partager Tweet

Avec 70% de son territoire inhabitable, le Japon est constitué de véritables poumons de verdure, même au cœur des mégalopoles que sont Kyoto et Tokyo. Un rêve pour ceux qui se demandent pourquoi partir au Japon. Les jardins sont plébiscités par les nippons qui y flânent, y mangent ou s'y adonnent au hanami, l'art de contempler les cerisiers en fleurs, le printemps venu. Le pays du Soleil Levant est aussi marqué par la présence de multiples temples boudhistes et de sanctuaires shinto qui offrent aux paysages une saveur contemplative empreinte d'une grande sérénité.

Qu'est-ce qu'un jardin japonais ?

La philosophie qui sous-tend le jardin japonais repose sur l'idée de recréer la nature en miniature. L'asymétrie et les courbes y dominent donc dans un foisonnement de plantes, de rochers, de pièces d'eau, d'îlots et de pontons qui rythment l'horizon qui s'offre à vos regards.

Cette tradition du jardin remonte à l'ère Nara (740-794)et se décline en jardin sec, souvent tracé à proximité d'un temple zen, jardin du thé ou jardin de type daimyô (seigneur féodal), qui consiste en un grand ensemble circulaire souvent imaginé par les seigneurs de l'époque d'Edo (Environ 1600-1868). Le rocher est l'élément phare des jardins de style jôdo, pure expression de la philosophie boudhiste jôdo ou terre pure.

Quels jardins visiter au Japon ?

Si chaque cité, même la plus infime possède son jardin, certains d'entre eux sont des lieux incontournables pour qui veut s'imprégner de sensations authentiques. Le Kenrokuen à Kanawaza (préfecture d'Ishikawa), le Kôrakuen à Okayama et le Kairakuen à Mito dans la préfecture d'Ibaraki sont tous trois des jardins de seigneurs, édifiés à l'époque Edo et sont accessibles au public.

A Kyoto ne manquez pas le jardin du temple de Tofokuji et ceux du temple Sanzen In, situés au nord de Kyoto. A Tokyo, explorez le Rikugi-en, ou jardin des six poèmes, et le Kiyosumi tei-en, réputé pour sa tranquillité.

Temples et sanctuaires, des lieux qui allient sérénité et spiritualité

Le vocable sanctuaire désigne le lieu de culte de la religion shintoïste, tandis que le mot temple abrite les dévotions des boudhistes. Le shinto est la religion originelle du Japon et est constituée de multiples divinités appelées kami.

Le boudhisme a été importé dans l'archipel à partir du Ve siècle. Les deux confessions se sont mélangées tant et si bien qu'il est aujourd'hui difficile de distinguer temples et sanctuaires. Seuls les sanctuaires d'Ise Yasukuni-jinja et Meiji-jingu sont véritablement shinto avec leur portique ou torii majestueux.

Pour les temples, ils sont innombrables: plus de 77 000 à travers tout le pays. A Tokyo, le temple Senso-ji offre un panorama imprenable sur la cité et ses couleurs très vives sont un véritable enchantement pour les yeux. A Kyoto, le Sanjusangen-Do est le plus long bâtiment en bois de l'archipel. Il recèle 1001 statues de Kannon, déesse boudhiste de la compassion. Enfin, le pavillon d'or et le pavillon d'argent se mirent dans l'eau limpide d'un lac. Un spectacle de toute beauté, surtout sous la neige.