Partager Tweet Partager Epingler

Le terme « geisha » signifie en japonais : « qui pratique les arts ». Les premières femmes artistes ayant pour fonction que de divertir et d'accompagner les élites sont apparues au 7ème siècle au Japon. Appelées les saburuko, elles avaient pour tâche de faire la conversation, de danser mais aussi de vendre des faveurs sexuelles. Plus tard, au cours de l'ère Heian et jusqu'en 1185, les artistes féminines furent de plus en plus sollicitées.

Au cours du 16ème siècle, dans certains quartiers des grandes villes japonaises, des courtisanes, artistes et prostituées, appelées yujo, travaillaient dans certains quartiers de plaisir clos. Mêlant arts, divertissements et plaisir charnel, elles furent les premières femmes actrices de théâtre kabuki. Les guerriers samouraï furent parmi les plus fidèles clients des yujo.

Au fur et à mesure des décennies, les geisha de Kyoto et des autres villes japonaises émergent progressivement et obtiennent un rang plus élevé et un statut de femmes artistes. La prostitution est peu à peu éliminée du tableau pour laisser place à la danse, à la maîtrise d'instruments de musique, au chant, à la calligraphie et à la poésie. A partir du 18ème siècle, les nouvelles geisha ne comptent plus sur la prostitution pour gagner leurs vies et son appréciées pour leurs multiples talents. Elles commencent à se faire un nom et sont sollicitées pour leur haute maîtrise des arts japonais. Selon la légende, la première « vraie » geisha, telle qu'on les connaît aujourd'hui, aurait vécu à Fukagawa vers 1750 et aurait été une grande joueuse de shamisen (luth à 3 cordes). Elle s'appelait Kikuya.

Le métier de geisha est officiellement reconnu par le gouvernement en 1779. Il n'inclut pas la notion de prostitution, pratique d'ailleurs interdite au Japon. Ces femmes artistes prennent place dans la société japonaise, comme une forme d'opposition à l'image et à la morale de la courtisane classique. D'un rang plus élevé, les geisha incarnent désormais l'esthétisme, la volupté, la spiritualité et l'intelligence. Le métier des geisha se voit structuré, réglementé par des horaires de travail, des codes vestimentaires et des valeurs éthiques. Les geisha ne sont plus des prostituées mais bel et bien des artistes.

Au tout début de l'histoire des geisha, les jeunes femmes étaient formées dès l'enfance aux arts traditionnels et à la rigueur japonaise. Beaucoup de petites filles rêvaient de devenir geisha mais seulement une sur trois réussira à supporter la discipline de cet enseignement. Les maiko (apprenties geisha) étaient formées, comme aujourd'hui encore, au sein des okiya (maisons de geisha) où on leur apprenait les arts traditionnels japonais qu'elles devaient finir par maîtriser à la perfection (danse, chant, pratique du shamisen, maintien, cérémonie du thé...). Si la formation au métier de geisha est restée intacte au fil des siècles et se passe toujours de la même manière aujourd'hui, elle commence beaucoup plus tard et non plus dès l'enfance.

La seconde guerre mondiale vint stopper en plein vol l'âge d'or du métier de geisha, la majorité des femmes ayant dû participer à l'effort de guerre en travaillant dans les usines et une grande partie des hommes étant partie au combat. Toutefois, le métier perdura après-guerre et existe toujours aujourd'hui, bien que le nombre de geisha diminue un peu plus chaque année. Si on les comptait autrefois par millions, seulement 200 geisha exercent à présent ce métier au Japon.

Réservez votre voyage au Japon

Vérifiez la disponibilité d'un hébergement sur Booking.com ! Vous pouvez réserver une chambre sans paiement à l'avance, vous ne payez qu'au moment du départ. Les annulations sont également gratuites jusqu'à votre arrivée.

Pour en savoir plus sur les geisha

Comment devenir geisha

Devenir geisha était le rêve de nombreuses jeunes filles japonaises mais ce métier n'est pas accessible facilement. Mais cela nécessite de longues années d'apprentissage, de discipline et une formation quasi militaire.

Où voir des geisha

Il est possible de voir des geisha et des maiko dans les villes de Tokyo et de Kyoto, là où s'établissent les quartiers où elles vivent et où elles sont formées. On les appelle des hanamachi, ou ville de fleurs.

Quelle est la vie d'une geisha

Dame de compagnie pour les élites, la geisha a pour rôle d'animer les soirées et les ozashiki (banquets) organisés par les riches hommes d'affaires.

La tenue très caractéristique d'une geisha

Leur tenue des vestimentaire est très spécifique, raffinée et parsemée de détails indiquant subtilement l'âge et le niveau d'apprentissage, que seul un œil averti saura décoder.

Geisha et prostitution, mythe ou réalité ?

Le métier de geisha est souvent assimilé à tort à la prostitution, en particulier dans notre vision occidentale. Dames de compagnie pour clients fortunés, les geisha ne vendent pas pour autant de faveurs sexuelles.

Gardons le contact