Partager Tweet Partager Epingler

N’oubliez pas, lors de votre voyage, que les temples et sanctuaires sont des lieux de culte, et qu’il convient de respecter ceux qui viennent prier. Voici donc quelques règles élémentaires qui vous éviteront de vous faire remarquer.

La première règle, et certainement la plus importante, est de respecter l’ambiance du lieu. Combien de fois j’ai vu des touristes (souvent français) qui parlaient d’une voix forte. Ou bien ces familles avec leur enfant en bas âge qui crie et court partout. Je n’ai rien contre les enfants, mais un temple n’est pas une aire de jeu. Et le silence est de mise. Je me souviens d’une fois où une maman détaillait les différentes parties du temple à son fils, sans se soucier le moins du monde que certains essayaient de se recueillir. Difficile de prier en entendant « tu as vu le gros dragon ici » ou encore « ah le gros monstre ».

Auriez-vous l’idée de vous comporter ainsi dans une église ? J’espère que non, alors comportez-vous de même au Japon, et souvenez-vous que vous êtes là aussi dans un lieu religieux.

Les japonais sont très attachés au rituel de purification. Ainsi, lorsque vous passez le Torii d’un sanctuaire ou bien la porte d’un temple, dirigez vous vers le bassin de purification (Temizu-ya) afin de vous laver les mains, la bouche, et de vous purifier. N’hésitez pas à le faire, c’est un signe de respect envers le lieu et les japonais.

Les photos sont en principe toujours autorisées en extérieur, mais évitez de mitrailler les japonais, surtout lorsqu’ils sont en train de prier (vous aimeriez que l’on vous fasse la même chose?). Par contre dans la plupart des temples, il est interdit de faire des photos dans le Kondo, le bâtiment dans lequel se trouve la statue vénérée. Même si vous avez envie de ramener quelques clichés en souvenir, dites vous aussi que c’est un endroit de recueillement. Les personnes qui prient n’ont pas forcément envie d’entendre continuellement le « clic » des appareils photo des touristes.

Vous devrez impérativement vous déchausser afin d’entrer à l’intérieur du temple. Vous pourrez laisser vos chaussures à l’entrée dans des petits casiers, ou les garder avec vous en les mettant dans un sac en plastique. Parfois on vous le demandera uniquement pour accéder au Kondo, mais d’autre fois c’est une grande partie des extérieur qui se visitent déchaussé. C’est par exemple le cas du temple Ninna-ji à Kyoto, dans lequel une partie des jardins s’admire depuis un ensemble de coursives en bois.

Réservez votre voyage au Japon

Vérifiez la disponibilité d'un hébergement sur Booking.com ! Vous pouvez réserver une chambre sans paiement à l'avance, vous ne payez qu'au moment du départ. Les annulations sont également gratuites jusqu'à votre arrivée.

Sur le même thème

Temizu-ya, hishaku et rituel de purification par l’eau

Avant de prier, il est nécessaire de se purifier le corps et l’esprit. A l’origine ce rituel se faisait dans une rivière, ou source ou en bord de mer. De nos jours ce sont plutôt des bassins en pierre.

Ema : les plaquettes de vœux japonaises

Les ema sont de petites plaques de bois que l’on achète pour écrire un vœux ou une prière. On l’accroche ensuite sur un présentoir dans l’enceinte du temple ou du sanctuaire.

L’Omikuji ou le tirage de la bonne fortune

Les omikuji sont des petits papiers qui prédisent l’avenir. On en tire un sort pour déterminer va décider de la chance ou malchance de cette nouvelle année.

Omamori, le porte-bonheur japonais

Un Omamori est une petite amulette que l’on peut acheter après une prière dans un temple bouddhiste ou sanctuaire shinto. Il s’agit d’un petit sachet en tissus qui contient une prière ou une inscription sacrée.

Gardons le contact