Partager Tweet Partager Epingler

Les omikuji sont des petits papiers qui prédisent l’avenir. Lors de la première visite de l’année pour prier au temple ou au sanctuaire, on tire en sort un de ces papiers qui va décider de la chance ou malchance de cette nouvelle année.

Le terme Omikuji signifie littéralement « réaliser la volonté de Dieu », car autrefois on demandait souvent l’avis divin lors d’occasions importantes comme un mariage, une transaction ou bien la désignation d’un sucesseur. Le petit morceau de papier est alors devenu un moyen de recevoir le message des dieux.

Comment en acheter ?

On reçoit un omikuji en faisant une petite offrande (généralement de 100 à 200 yens). La façon traditionnelle est d’agiter une boite octogonale contenant des baguettes, et une seule sort par un petit trou prévu à cet effet. Sur chaque baguette il y a un numéro, qu’il faut utiliser pour accéder à une série de tiroirs. A chaque numéro, un tiroir qu’il faut ouvrir pour récupérer sa prédiction.

Comme tirer un papier prend du temps, de plus en plus de temples simplifient le procédé en remplissant une grande boite de prédictions. Vous mettez une pièce de 100 yens et vous tirez un omikuji au hasard.

Le papier est roulé ou plié, et lorsque vous le déroulez ou dépliez, il révèle une prédiction écrite. Même si vous n’y croyez pas, sachez qu’il s’agit aussi d’une source de revenus pour les temples qui sont des institutions privées. Ainsi en achetant un Omikuji vous participez aussi à la préservation et l’entretien du lieu.

Les japonais viennent souvent consulter les oracles, avant chaque moment important de leur vie (par exemple un examen) mais aussi en tout début d’année pendant la première visite au temple (l’hatsumode).

Comment lire un omikuji ?

Le papier que vous tirez vous informe sur des thématiques aussi diverses que trouver l’amour ou un travail, ou encore la santé ou les voyages. La prédiction est écrite sous la forme d’un petit poème, ce qui rend la compréhension difficile pour quelqu’un qui ne maitrise pas la langue japonaise. Heureusement, certains temples commencent à avoir des version bilingues (japonais et anglais), mais cela reste assez rare.

Cependant, vous réussirez sans peine à identifier les deux principaux éléments du présage : s’il est bon ou mauvais, et à quoi il va se rapporter. Grande bénédiction an amour ou Grande malédiction en affaires, les oracles seront-ils avec vous ?

Liste des niveaux de bénédiction :
大吉 (dai-kichi) : Grande bénédiction
中吉 (chû-kichi) : Moyenne bénédiction
小吉 (shō-kichi) : Petite bénédiction
吉 (kichi) : Bénédiction
半吉 (han-kichi) : Demi-bénédiction
末吉 (sue-kichi) : Presque bénédiction
末小吉 (sue-shô-kichi) : Presque petite bénédiction
凶 (kyô) : Malédiction
小凶 (shô-kyô) : Petite malédiction
半凶 (han-kyô) : Demi-malédiction
末凶 (sue-kyô) : Presque malédiction
大凶 (dai-kyô) : Grande malédiction

Liste des présages :
願事 (negaigoto) : le voeu ou le souhait de quelqu’un
待人 (machibito) : une personne attendu
失せ物 (usemono) : objets perdu
旅立ち (tabitachi) : voyage
商い (akinai) : affaires
学問 (gakumon) : études et apprentissage
相場 (souba) : spéculation du marché
争事 (arasoigoto) : disputes
恋愛 (renai) : relation romantique
転居 (tenkyo) : déménagement
出産 (shussan) : naissance ou grossesse
病気 (byouki) : maladie
縁談 (endan) : proposition de mariage ou fiançailles

Que doit-on faire avec ?

Si la prédiction est bonne, vous pouvez conserver l’omikuji précieusement avec vous dans votre portefeuille. Mais si le présage est mauvais, il est de coutume de le plier et de l’accrocher aux branches d’un pin. On espère ainsi que cela s’arrange, et rien ne vous interdit de rejouer à nouveau ;-)

Les petits morceaux de papier sont pliés et noués sur des fils pour conjurer le mauvais présage
Les petits morceaux de papier sont pliés et noués sur des fils pour conjurer le mauvais présage

Il est dit que l’origine de cette coutume vient du mot MATSU qui signifie à la fois « pin » et « attendre » en japonais. On accrochait donc l’omikuji défavorable aux branches d’un pin pour que le sort attende au pied de l’arbre et ne suive pas celui qui l’a tiré.

De nos jours, des présentoirs ont pris la place des pins pour accrocher les mauvais présages, faisant par la même occasion de bonheur des photographes amateurs qui y voient une composition très graphique.

Réservez votre voyage au Japon

Vérifiez la disponibilité d'un hébergement sur Booking.com ! Vous pouvez réserver une chambre sans paiement à l'avance, vous ne payez qu'au moment du départ. Les annulations sont également gratuites jusqu'à votre arrivée.

Sur le même thème

Temizu-ya, hishaku et rituel de purification par l’eau

Avant de prier, il est nécessaire de se purifier le corps et l’esprit. A l’origine ce rituel se faisait dans une rivière, ou source ou en bord de mer. De nos jours ce sont plutôt des bassins en pierre.

Ema : les plaquettes de vœux japonaises

Les ema sont de petites plaques de bois que l’on achète pour écrire un vœux ou une prière. On l’accroche ensuite sur un présentoir dans l’enceinte du temple ou du sanctuaire.

Omamori, le porte-bonheur japonais

Un Omamori est une petite amulette que l’on peut acheter après une prière dans un temple bouddhiste ou sanctuaire shinto. Il s’agit d’un petit sachet en tissus qui contient une prière ou une inscription sacrée.

Comment bien se comporter dans un temple ou un sanctuaire

N’oubliez pas, lors de votre voyage, que les temples et sanctuaires sont des lieux de culte, et qu’il convient de respecter toute forme de religion.

Gardons le contact