Partager Tweet Partager Epingler

Avant de partir en voyage au Japon, je savais que le peuple nippon était très respectueux des règles. Mais une fois sur place, c’est toujours surprenant de constater en vrai à quel point cette notion est solidement ancrée dans leur culture.

C’est certainement dans les transports au Japon, métro et train, que cela se remarque le plus. Sur les quais, il y a des marquages au sol pour indiquer là où les portes vont s’ouvrir. Une file sur deux colonnes se forme progressivement. Quand une rame arrive, les deux colonnes s’écartent pour laisser sortir ceux qui descendent à cet arrêt. Ensuite tout le monde entre tranquillement dans la rame. Quand elle est pleine, les japonais s’arrêtent et attendent la suivante, tout en ayant le regard scotché sur son smartphone.

Sur le quai du métro, tout le monde se met en file indienne pour attendre la rame
Sur le quai du métro, tout le monde se met en file indienne pour attendre la rame

Je n’ai vu personne arriver à la dernière minute et doubler tout le monde en entrant dans le train. Les derniers arrivés se mettent tout simplement à la fin de la file, et attendent leur tour. Il n’y a que quelques étrangers qui jouent un peu des coudes et ne respectent pas cette discipline.

Dans la rue, tout le monde attend que le « petit bonhomme » passe au vert avant de traverser la rue. Une vague humaine se met alors en mouvement et s’arrête quand la signalisation passe au rouge. Bien entendu, on pense au célèbre carrefour de Shibuya et ses milliers de personnes qui s’y croisent chaque jour, dans une discipline quasi militaire. Je m’y suis retrouvé un vendredi soir à 20 heures, et je me suis fait porter par le mouvement. Il pleuvait et cette jungle de parapluies en mouvement est vraiment impressionnante, même si le carrefour en lui même n’est pas si grand que cela.

Au carrefour de Shibuya à Tokyo, une foule importante attend que le feu passe au vert
Au carrefour de Shibuya à Tokyo, une foule importante attend que le feu passe au vert

Même lorsque les rues sont vides, qu’il n’y a personne, les règles sont respectées. Je me suis parfois retrouvé en pleine nuit, sous la pluie, à attendre plusieurs minutes à côté d’un japonais que le feu passe au vert. Cela fait partie de leur culture de respecter la signalisation, et je me devais d’en faire autant. Bien sûr personne ne vous dira rien si vous traversez avant, mais j’ai remarqué quelques regards critiques envers quelques « gaijins » un peu trop pressés.

Même s'il n'y a pas de voiture, les piétons attendent le moment de passer
Même s'il n'y a pas de voiture, les piétons attendent le moment de passer

Dans les musées, chacun se suit en file indienne et attend que la personne devant vous ait terminé de contempler l’oeuvre et passe à la suivante pour que vous preniez sa place. Le tout dans un silence quasi religieux. Les gens chuchotent, ne se bousculent pas. Bref, on se respecte.

Lorsque j’ai débarqué à Tokyo et retrouvé dans le métro aux heures de pointe, j’ai rapidement compris que l’on « marche à gauche », surtout dans les escaliers. Un marquage avec des flèches rappelle d’ailleurs l’importance de respecter le sens de la marche. Et croyez moi, quand vous montez un escalier par la droite et que vous voyez arriver tout un groupe de personnes en face de vous, vous comprenez rapidement que vous n’êtes pas au bon endroit et qu’il est urgent de changer de côté. Et puis je me suis retrouvé un jour à Osaka, et là bizarrement le sens est inversé. On monte les escaliers par la droite et non par la gauche. Peut-être que quelqu’un pourra m’expliquer l’origine de cette différence.

Dans le métro, on monte les escaliers par la gauche
Dans le métro, on monte les escaliers par la gauche

En conclusion, les japonais font preuve d’une grande discipline qui est au coeur de leur culture. En tant que voyageur au Japon j’estime que l’on se doit de respecter nous aussi ces règles de bonne conduite. Plus que de la simple politesse c’est aussi l’image de notre pays que nous renvoyons à travers notre comportement. Et je vous avoue qu’à plusieurs moments j’ai eu un peu honte d’être français en remarquant le comportement déplacé de certains de mes compatriotes.


Gardons de contact

Partager Tweet Partager Epingler
Ne manquez aucune de mes aventures au Japon

Abonnez-vous à ma lettre d'information :

Rassurez-vous, je déteste les spams autant que vous

Laissez un commentaire !