Partager Tweet Partager Epingler

Le 9 octobre, je décolle de Bordeaux pour partir 3 semaines au Japon. Un voyage que je prépare méthodiquement et avec passion depuis plus d’un an. Voici la genèse et l’histoire de ce périple à venir.

Cela faisait des années que je voulais aller au Japon, mais repoussant sans cesse le départ, certainement pour de mauvaises raisons. Manque de temps, et puis le Japon c’est cher et compliqué.

Le Japon, j'y pense depuis des années

Je baigne dans la culture nippone depuis des années, j'avoue que cela fait parti de ma vie, de mes loisirs et je me sens très proche de ce peuple si différent. Fascinant, déroutant, bien des qualificatifs sont propres au Japon.

J’ai réalisé à la fin du printemps 2016 qu’il était temps pour moi de faire ce voyage. Des amis partaient au printemps 2017 pour le congrès Mondial du bonsaï à Omiya, au nord de Tokyo. Je fais du bonsaï moi aussi depuis plus de 10 ans, même si depuis quelques années j’ai du malgré moi mettre un peu cette passion en sommeil. Cela aurait pu être une belle occasion de cumuler ma passion du bonsaï et du Japon, mais je vous avoue que je n’aime pas trop les voyages organisés. J’ai eu par le passé quelques expériences de voyage en groupe. Peut-être que je suis asocial, mais je préfère voyager seul. Tout simplement pour être libre de faire ce que je veux quand je veux.

La problématique de partir seul

Lorsque l’on fait le choix de partir seul au Japon, on sort de sa zone de confort et tout apparaît comme plus compliqué. Et puis les premières craintes arrivent. Vous allez peut-être trouver cela stupide, mais la première a été de me dire que j’allais me retrouver seul à manger le soir. Autant durant la journée j’allais être assez occupé et bouger beaucoup, autant le soir je n’avais pas envie de me retrouver en tête à tête avec mon bol de nouilles et partir me coucher. Non, j’ai envie d’échanger, de partager, de comprendre. Bref, je veux aller au contact des japonais.

Je parle anglais, mais je me rend compte que cela ne sera pas suffisant. Il faut que je parle un minimum japonais. Je fais des recherches de cours en ligne, et rapidement je réalise qu'apprendre seul une langue aussi complexe que le japonais est une véritable épreuve. Je décide alors de prendre quelques cours avec un professeur particulier, au moins pour avoir les bases. Ces quelques cours dureront finalement plus d’un an, avec des hauts et des bas mais c’est surtout l’histoire d’une belle rencontre. Mais cela fera l’objet d’un autre article car il y a tant à dire !

Objectif : aller au contact des gens

Avec ces quelques bases de japonais, j’espère faire des rencontres enrichissantes mais aussi je ne vais pas hésiter à m’éloigner des endroits touristiques pour pousser la porte de petits restaurants ou bien d’izakaya. Ce sont des endroits où les japonais aiment se retrouver après le travail, l’alcool aidant les barrières tombent, l’ambiance y est souvent très animée.

En attendant, il me reste de nombreux préparatifs avant le grand départ. Les jours s’enchainent à une vitesse folle et l’excitation devient de plus en plus palpable.


Gardons de contact

Partager Tweet Partager Epingler
Ne manquez aucune de mes aventures au Japon

Abonnez-vous à ma lettre d'information :

Rassurez-vous, je déteste les spams autant que vous

Laissez un commentaire !